L’une des plus prestigieuses collections de lilas au monde !

Les différents sites composant les jardins s’étendent sur près de 19 hectares. Avec plus de 800 plants, dont autant de variétés de lilas, les jardins possèdent l’une des plus prestigieuses collections. Saviez-vous cependant qu’il en existe près de 2000 dans le monde?

Konrad Kircher
Cet horticulteur allemand est un personnage important dans l’histoire des jardins. Rencontré en 1999 lors d’un congrès de la International Lilac Society (ILS), un lien d’amitié s’est développé entre ce dernier et les villageois qui y participaient également. Monsieur Kircher est à ce moment-là séduit par le projet de faire de Cap-à-l’Aigle la Capitale mondiale du lilas et c’est avec le désir de partager sa prestigieuse collection qu’il décida quelques mois plus tard de l’offrir au village. Des lilas provenant non seulement de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, des Pays-Bas, de la Pologne et de la Russie, mais également de la France avec les cultivars du célèbre horticulteur Victor Lemoine qui en a créé à lui seul 214 variétés. À noter que les jardins en possèdent près de la moitié.

Le jardin commémoratif

Cette section est vouée à la mémoire d’un de ses deux cofondateurs Denis Gauthier. Ce journaliste de la région fut l’instigateur du projet Cap-à-l’Aigle, village des lilas en 1997. La pierre émergeant du sol image sa population regroupée autour du lilas, symbole de fierté et d’attachement à leur village. De plus, 45 lilas rappellent l’âge du reporter à son décès en 1999 survenu tout juste au retour du congrès auquel il avait participé. Bruno Simard, maire de l’époque, entouré de nombreux autres bénévoles s’engagent alors dans la poursuite du rêve de ce dernier.

Tournez à droite au monument-hommage Denis Gauthier puis traversez le petit pont de bois. Vous entrerez alors dans un petit jardin tout en rondeur : évocation du nid de l’aigle et clin d’oeil au Parc de l’Aigle situé à l’entrée Est du village.

Le sentier des sous-bois

Suivez l’écriteau rouge qui vous mènera au sentier des sous-bois. Descente aux abords du ruisseau en découvrant tout un chapelet de petites chutes en cascades avec ses plantes indigènes du sous-bois de la forêt. Ce secteur abrite également les vestiges d’une ancienne carrière de pierres dont certaines ont servi à la construction du Palais de justice et de l’Hôpital de La Malbaie, ainsi qu’aux jardins intérieurs de l’Assemblée nationale à Québec. Après avoir traversé ce site enchanteur, à votre gauche, en empruntant de nouveau un petit pont de bois, vous croiserez les cloches de l’ancienne église.

Les cloches de l’église

Elles ont élu domicile dans les jardins à la suite de la vente du bâtiment religieux. Vous pouvez les faire sonner, car selon un vieil adage, cela vous apportera la bonne chance et attirera l’abondance. ATTENTION aux oreilles sensibles!

Enfin, continuez tout au bout du sentier et découvrez une jolie fenêtre sur notre magnifique Fleuve Saint-Laurent.

Les jardins ont grandi

Après des années d’engagement de centaines de bénévoles et de travailleurs qui y ont oeuvré, les jardins continuent toujours de faire rayonner ce village de Charlevoix qui fait partie d’ailleurs de la courte liste des plus beaux villages du Québec.

Les jardins sont publics et appartiennent à la Ville de La Malbaie. L’accès est GRATUIT, mais vous pouvez faire un don volontaire pour leur sauvegarde au petit pavillon face à l’entrée principale.

Close Search Window
X